< Retour aux articles

les missions d'un expert-comptable pour un micro-entrepreneur

La micro-entreprise fait régulièrement face à des changements de régime. Ces changements engendrent la nécessité d’adaptations à plusieurs niveaux, et notamment du point de vue de la comptabilité.

10/6/2020

Sommaire

S'outiller d'un logiciel de comptabilité en ligne pour accompagner la croissance de son activité est un choix stratégique à ne pas écarter.

Le régime de la micro-entreprise se complexifie en effet, notamment avec la hausse des limites de chiffre d’affaires : avec elles, les obligations comptables accroissent.

Pour cette raison, se soulager de certaines missions en les confiant à un expert-comptable, à des prix bien souvent intéressants, peut être un choix stratégique pour une micro-entrepreneur. 

Quelles sont donc les missions que vous pouvez confier à un expert-comptable, en tant que micro-entrepreneur ? Voici une liste non-exhaustive des tâches dont un expert-comptable peut s’occuper à votre place pour vous aider dans la gestion de vos comptes.

L’établissement des déclarations de TVA

Les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise sont différents de ceux de la franchise en base de TVA, et ce depuis 2017. Ils ont été significativement élevés. On peut également, depuis lors, être sous le régime micro et être soumis à la TVA.

C’est pour cela que les micro-entrepreneurs peuvent avoir besoin de se faire accompagner par un expert-comptable pour établir les déclarations de TVA.

Une micro-entreprise peut être soumis à deux régimes de TVA possibles :


  • Le régime simplifié, qui se présente sous la forme de deux paiements semestriels, le premier en juillet et le second en décembre. Il s’accompagne aussi d’une déclaration de régularisation, qui doit être déposée au plus tard le deuxième jour ouvré qui suit le 1er mai de l’année suivante.
  • Le mini-réel, qui nécessite des déclarations mensuels. Les déclarations se font chaque mois sur la base de la TVA réellement due.


Ces obligations obligent donc le micro-entrepreneur à garder un suivi précis de son activité. Avoir recours à l’aide d’un expert-comptable peut se révéler un choix extrêmement bénéfique. L’expert peut alors se charger à sa place d’établir les déclarations de TVA : c’est pour le micro-entrepreneur un gain de temps précieux.

L’assistance en matière de gestion

Puisque les plafonds du chiffre d’affaires ont augmenté, la gestion d’une micro-entreprise peut devenir compliquée. Il faut inévitablement passer par la mise en place d’outils pour suivre et piloter l’entreprise, pour une bonne gestion de cette dernière.

Ces outils, bien souvent, peuvent être apportés et gérés à la place du micro-entrepreneur par l’expert-comptable. 

L’assistance à la gestion de la micro-entreprise apportée par l’expert-comptable peut se traduire par :


  • Une étude des besoins de l’entreprise, et l’identification des outils adaptés à ces besoins. L’expert-comptable peut proposer au micro-entrepreneur des solutions de facturation, des logiciels pour établir des tableaux de bord, et d’autres outils techniques.
  • Un paramétrage de ces diverses solutions. En sa qualité d’expert, il sera en capacité de définir des indicateurs pertinents, de personnaliser les outils, de mettre en page les factures, et tout cela de manière adaptée aux besoins de l’entreprise.
  • Une vérification régulière des solutions mises en place, pour s’assurer qu’elles soient bien utilisées et efficaces.
  • Des bilans ponctuels, pour effectuer des comparaisons et des analyses des évolutions de l’activité dans le temps.

Le changement de statut juridique

Lorsqu’une micro-entreprise se développe, elle va progressivement se rapprocher des limites des seuils du régime micro. Il faut alors penser à changer de statut juridique.

Puisqu’il s’agit d’une procédure qui peut s’avérer compliquée, un expert-comptable peut prendre sur lui la gestion de ce changement de statut.

Il peut assurer une surveillance à l’approche du franchissement des seuils, en totalisant le chiffre d’affaires par an. Les montants obtenus doivent ensuite être comparés à une limite.

  • Pour les ventes de biens, la limite est de 176 200 euros,
  • Pour les prestations de service, la limite est de 72 500 euros.

Si le dépassement des seuils se produit sur deux années consécutives, alors l’entreprise est exclue du statut micro. 

Le travail de l’expert-comptable, à ce moment-là, est d’anticiper le moment du dépassement. Il va étudier les caractéristiques de l’entreprise pour déterminer le statut juridique le plus adapté.

Il va également mettre en place des outils et des stratégies pour préparer l’entreprise à la transition. Il prendra en charge la rédaction des statuts, il remplira les formulaires à la place de l’entrepreneur, et lui permettra ainsi de ne pas se soucier de tous ces détails techniques.

Envie de lire plus d'articles ? 

Testez gratuitement pendant 30 jours

Découvrez Sinao en version complète gratuitement pendant un mois !